Rechercher

« Bernadette et moi, on n’avait pas la même vision du futur » - Gaston

Mis à jour : 31 oct. 2018


Je me suis toujours dit que je prendrais ma retraite à 65 ans. À 61 ans, j’ai réalisé que ça s’en venait trop vite! Mon épouse Bernadette et moi, on a travaillé pas mal fort sur la ferme. J’serais vraiment content que ça continue, mais Bernadette en est moins convaincue. Elle veut profiter de la vie. Faire des choses qu’on n’a pas eu le temps ou les moyens de faire. J’suis d’accord avec elle, mais pour moi la continuité de la ferme, ça me tient vraiment à coeur. Transférer, c’est un ben beau projet, mais …


Comme Bernadette et moi, on n’avait pas la même vision du futur, il fallait savoir avant d’aller trop loin si la ferme était transférable. Le conseiller en gestion nous a rassurés. Notre ferme était transférable. Ça pourrait être encore mieux en faisant quelques améliorations. Avec l’aide de la conseillère en transfert, on a précisé ce qu’on voulait et ce qu’on ne voulait pas. On a travaillé avec une équipe de conseillers (conseillers en transfert, en gestion, en financement et fiscaliste). Ils appellent ça une équipe multidisciplinaire. Ça nous a tellement aidés. On s’est entendu sur deux ou trois scénarios qui pourraient être analysés. On était prêt à faire un bout’e pour que notre ferme continue. Bernadette était d’accord. On pourrait voyager.


À 65 ans, on a transféré la ferme. Je ne vais plus à l’étable. Le travail aux champs, j’ai toujours aimé ça. Comme la relation avec les acquéreurs est très bonne, je suis devenu un employé saisonnier de «ma» ferme. On voit la ferme prospérer, la relève travaille fort. On est confiant. On est ben content ! On planifie notre premier voyage!

57 vues

TRANSFÉRER SA FERME ...

Ce projet est une initiative du Comité Relève agricole de la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent